Cannabis, alcool et accidents mortels de la circulation

L’objectif de ce travail sur les accidents mortels de la sécurité routière en France est double :

  • Estimer le facteur de risque relatif pour un conducteur sous l’influence du cannabis ou de l’alcool d’être responsable en 2011 d’un accident mortel de la circulation routière ;
  • Comparer les résultats de 2011 à ceux obtenus lors de l’étude stupéfiants et accidents mortels de la circulation menée sur le territoire national entre 2001 et 2003.

En 2011, les procès-verbaux établis au cours d’accidents mortels impliquant 4059 conducteurs ont fait l’objet d’une analyse détaillée. Les dosages d’alcool et des drogues illicites dont le cannabis ont été réalisés dans le sang de ces conducteurs. L’étude compare les résultats obtenus pour ces analyses, chez les conducteurs responsables d’un accident mortel et chez ceux qui sont impliqués dans un tel accident sans toutefois être responsables.

Dans cette cohorte, la proportion de conducteurs sous l’influence de l’alcool est de 2,1% et sous l’influence du cannabis de 3,4%. Les sujets conduisant sous l’influence de l’alcool présentent 18 fois plus de risque d’être responsables d’un accident mortel et ceux sous l’influence du cannabis un risque multiplié par 1,7. De plus, un conducteur sur deux sous l’influence du cannabis était également alcoolisé. La présence à la fois d’alcool et de cannabis augmente par un facteur 29 (18 x 1,7) le risque d’accident mortel.

Dix ans après l’étude stupéfiants et accidents mortels de la circulation, la proportion de conducteurs alcoolisés ou sous l’influence du cannabis responsables d’un accident mortel de la circulation est restée la même, ainsi que la proportion des accidents mortels qui pourraient être évités si les conducteurs n’avaient consommé pas d’alcool ou de stupéfiant. Compte tenu du fait que le nombre global d’accidents mortels a considérablement diminué au cours de cette période (3963 tués en 2011 contre 8.000 en 2002), le nombre de victimes attribuable à l’alcool et/ou au cannabis a diminué dans les mêmes proportions. Pour les auteurs de ce travail, l’alcool, responsable du tiers des accidents mortels demeure le problème majeur en matière de sécurité routière.

Pr Jean-Pierre Goullé

J.L. Martin et al. PLoS One, 2017, 12 (11) : e0187320.

Publicités