Belle rencontre au lycée Saint-Charles avec un ex-policier venu sensibiliser les jeunes aux dangers de la drogue

Jean-Philippe Blondet reprend du service, le temps d’une opération de sensibilisation sur les dangers de la drogue, devant des terminales du lycée Saint-Charles, désireux de s’informer sur les addictions, notamment au cannabis. Un message musclé à l’image de cet ancien policier très connu des Chalonnais. Plus de détails avec Info Chalon.

En 2004, Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, et François Fillon, ministre de l’Éducation nationale, ont signé un protocole qui prévoit que le chef d’un établissement scolaire (collège ou lycée) peut demander «le concours des services de police ou des unités de gendarmerie, notamment quand des situations de danger ou de trouble à l’ordre public l’exigent».

Ce même protocole encourage des «actions de prévention et d’information» sur la toxicomanie. Les policiers peuvent intervenir dans les collèges et les lycées pour sensibiliser les élèves aux dangers de la consommation de drogues.

Vendredi dernier, à 15 heures, un retraité de la Police, dans le cadre d’une opération de sensibilisation, a accepté d’animer une conférence devant des terminales du lycée Saint-Charles, sur les dangers de la drogue.

Un danger non seulement pour leur santé, mais aussi pour leur vie sociale, professionnelle mais aussi pour les autres, quand on prend le volant après avoir fumé un joint par exemple.

Retour sur la vie exemplaire d’un ancien flic très connu des Chalonnais
Il n’y a rien d’étonnant que ses amis le surnomment «Le Mammouth» — on cmprend mieux quand on est devant lui! —, Jean-Philippe Blondet est un ancien policier d’investigation qui a fréquenté les secteurs les plus difficiles de la banlieue lyonnaise comme Les Minguettes, Vaulx-en-Velin, des zones réputées pour leur lot de pauvreté et de mal-être social, Meyzieu, Décines-Charpieu et Villeurbanne.

Il s’est particulièrement illustré en région parisienne en arrêtant seul 2 dangereux criminels armés de couteaux qui venaient d’assassiner une personne en pleine Rue Oberkampf, dans le 11ème arrondissement de Paris, et le lendemain, en arrêtant, toujours seul, dans le métro, station République, dans ce même arrondissement, l’homme armé le plus recherché de la région parisienne et fiché au grand banditisme.

Adepte des sports de combat (boxe thaïe et savate), Jean-Philippe se verra confier, par la suite, la responsabilité de la Brigade Anti-Criminalité Civile de Paris 11ème, une unité composée de 18 policiers, ainsi que d’importantes missions comme la surveillance de la Foire du Trône, d’un secteur lors d’accords franco-américains ou la sécurité rapprochée de personnalités de premier plan,
Arrivé à Chalon-sur-Saône en 1997, ce flic, originaire des Aubépins, sera directement affecté à la Brigade de Sûreté Urbaine (BSU), renommée par la suite Unité d’Investigations et de Recherches (UIR). C’est au sein de cette unité qu’il se spécialisera dans la lutte contre les stupéfiants.

Tous les étés, il intègrera la brigade de la Mission Interministérielle de Lutte Anti-Drogue (MILAD) et sur la région Bourgogne, le Groupe d’Intervention Régional (GIR) comme personne-ressource.
Formateur anti-drogue, il animera de nombreuses conférences et effectuera de nombreuses interventions de prévention en milieu scolaire (Julien de Balleure, Niépce, Pontus de Tyard, Camille Chevalier, Le Devoir, Saint-Dominique et Saint-Charles).

Jean-Philippe est retraité de la Police depuis 2013.

Des échanges destinés à lutter contre les dangers de la drogue et le pièce de sa banalisation
«Vous êtes jeunes, certaines personnes malintentionnées vont vous proposer des choses. Vous êtes des proies faciles pour les dealers. Sachez dire non! Il faut savoir dire non dans la vie»,souligne l’ancien flic.

Les élèves de Sylvie Rodrigue, professeur d’économie et de gestion, ont été rassemblés dans la salle d’examen.

Et effet garanti avec Jean-Philippe!

Ce dernier a également expliqué aux jeunes ce qu’ils risquaient vis-à-vis de la justice et l’engrenage infernal dans lequel ces élèves sans histoires peuvent tomber.

Lors de cette opération destinée à marquer leurs esprits, l’ex-poliicier a fait preuve de pédagogie face à ces lycéens. Il leur a, entre autres, expliqué que la présence de drogue est décelable avec un test salivaire plusieurs jours après avoir consommé des produits stupéfiants. Dans les cheveux, les traces restent même plusieurs mois.

Ce fut aussi des moments d’échanges, parfois émouvants, avec ces jeunes. L’ex-policier, exemples à l’appui, s’est efforcé de démonter la statégie de banalisation de la drogue.

«Humble, honnête, fidèle, travailleur, humain», voilà, pour lui, les qualités que ces jeunes bientôt confrontés au monde des adultes devront faire preuve pour réussir dans la vie.

Nul doute que l’intervention a sans doute permis aux élèves de prendre conscience des dangers que représente pour eux la drogue.

D’autres conférences seront prochainement organisées au lycée Saint-Charles, notamment sur les métiers de la Police.

Source