Coup d’arrêt au trafic de cannabis dans les lycées

Vague d’interpellation chez les trafiquants de cannabis. Huit suspects, âgés de 17 à 25 ans, ont été déférés vendredi au palais de justice de Versailles. Ils sont soupçonnés d’avoir pris part à un réseau de revente de résine de cannabis dans plusieurs lycées des Yvelines, à Villiers-Saint-Frédéric, Trappes, Montigny-le-Bretonneux et Guyancourt, entre novembre et mars derniers.

Prévu vendredi, le procès en comparution immédiate des quatre principaux animateurs du trafic, âgés de 18 à 20 ans, a été renvoyé au 28 avril prochain. Un seul d’entre eux a été incarcéré dans l’attente de ce procès. Les quatre autres suspects ont été convoqués devant la justice à une date ultérieure.

L’affaire avait commencé il y a environ six mois, lorsque des parents d’élèves du lycée Viollet Le Duc de Villiers-Saint-Frédéric ont alerté le proviseur de l’existence de ce trafic. A partir du mois d’octobre, les gendarmes de la brigade de recherche de Rambouillet ont placé trois hommes sous surveillance après avoir découvert qu’ils fournissaient une vingtaine de petits revendeurs. Grâce à leurs filatures et aux écoutes téléphoniques, les militaires se sont rendu compte qu’ils ravitaillaient leurs clients une fois par semaine, à domicile et dans des lycées proches de chez eux.

Mercredi dernier, les gendarmes sont passés à l’action, interpellant les huit suspects à Jouars-Pontchartrain, Villiers-Saint-Frédéric et Trappes. Au total, quarante militaires, assistés de chiens renifleurs, ont pris part aux opérations.

Loin de l’image des petits caïds de cité, ces dealeurs présumés vivent en famille, dans des zones pavillonnaires. « Certains travaillent comme intérimaire, cariste ou sont encore étudiants ou lycéens et ne vivent pas la grande vie. Leur trafic servait surtout à arrondir leur fin de mois » précise une source proche de l’enquête. Durant les perquisitions, les forces de l’ordre ont mis la main sur du cannabis, des petits sachets de conditionnement, des sommes de 100 à 200 €, des couteaux portant des traces de résines, des balances de précision et un carnet de compte.

En plus des huit personnes interpellées, une vingtaine de clients ont été entendus. Lors des auditions, seul un suspect a reconnu les faits.

Source

Publicités