Conduite automobile : l’effet très longue durée du cannabis

123m-auto-moe13-11-19.jpg

Fumer un joint de cannabis et prendre ensuite le volant expose à des risques réels d’accident : la drogue altère la capacité de conduire et ses effets persistent de longues heures.

Des statistiques françaises récentes révèlent que l’usage du cannabis est impliqué dans 14% des accidents de la route mortels, alors que cinq millions de Français indiquent avoir fumé du cannabis au moins une fois durant l’année écoulée. Dans ce contexte, une équipe du CHU de Garches a réalisé une expérience dont les conclusions ne manquent pas d’interpeller.

Elle a recruté des fumeurs – très – réguliers de cannabis (un ou deux joints par jour) et des consommateurs occasionnels (un ou deux joints par semaine), âgés de 18 à 34 ans, afin de réaliser des tests en conditions réelles, puisqu’ils ont fumé un « vrai » joint avant de se mettre au volant (dans un environnement sécurisé, bien entendu). Les chercheurs ont mesuré leur taux de THC (le cannabinoïde aux effets psychotropes) par prélèvement salivaire et sanguin, jusqu’à ce qu’il disparaisse de l’organisme. Que constate-t-on ?

• Lors des tests de conduite, le temps de réaction est allongé de 17 à 20% après avoir fumé du cannabis. Cette augmentation est considérable, sachant que la drogue affecte aussi la capacité à maintenir une trajectoire rectiligne, et d’autres paramètres de conduite.

• L’effet du cannabis sur la conduite automobile dure plus longtemps chez le fumeur occasionnel (jusqu’à 13 heures !) que chez le fumeur régulier (8 heures en moyenne).

• Les tests salivaires utilisés par la police lors des contrôles donnent des résultats assez fiables, mais pendant un temps limité (beaucoup moins long que la durée des effets réels du cannabis).

Alors que de plus en plus d’automobilistes ont pris conscience des dangers de l’alcool au volant, les consommateurs de cannabis doivent considérer que cette drogue dite récréative expose à des risques considérables, et ceci pendant de longues heures. Fumer un joint ou conduire, ici aussi, il faut choisir.

Source