Un simulateur pour découvrir les dangers de la drogue au volant

Julien Bosseler

Grâce à la réalité virtuelle, les Responsible Young Drivers vont sensibiliser les jeunes conducteurs aux risques d’accident quand ils consomment du cannabis, de la cocaïne ou de l’ecstasy en conduisant.

  • 
Le simulateur des RYD a été mis au point par leurs homologues hollandais. © René Breny
    Le simulateur des RYD a été mis au point par leurs homologues hollandais. © René Breny

Rouler sous influence du cannabis multiplie par trois le risque de commettre un accident de la route. Pour l’ecstasy, ce chiffre grimpe à… trente ! Piochées dans la Charte européenne de la sécurité routière, ces données édifiantes incitent les Responsible Young Drivers (RYD) à sensibiliser les automobilistes – singulièrement les plus jeunes, de 17 à 29 ans, qui consomment des stupéfiants le week-end – aux dangers de la conduite après avoir fumé un joint, sniffé de la cocaïne ou avalé un comprimé d’ecsta.

Grâce aux avancées technologiques, les RYD hollandais ont réussi à concevoir un simulateur de conduite sous influence. Composé d’un casque de réalité virtuel très immersif, d’écouteurs, d’un volant et de pédales de jeu, d’un siège mobile et d’un puissant ordinateur pour contrôler l’ensemble, ce dispositif simule la route avec des substances psychotropes dans le sang. L’effet est tout bonnement hallucinant : le programme « cannabis » augmente le temps de réaction, diminue la coordination des mouvements et complique les tâches complexes. Quant au parcours sous ecstasy, il est diablement rapide et agressif.

4 % des conducteurs sous influence

«  D’ici quelques mois, lorsque nous disposerons de notre propre simulateur, que nous financerons nous-mêmes, nous organiserons des démonstrations dans les écoles et dans les entreprises pour faire prendre conscience aux jeunes conducteurs des risques qu’ils prennent en prenant le volant sous l’influence de la drogue  », annonce Laura Gonzales Schena, directrice des RYD pour la Wallonie et Bruxelles.

Celle-ci égraine d’autres chiffres préoccupants qui justifient un travail de prévention spécifique : on estime qu’un Belge sur sept a déjà consommé de la drogue, qu’un sur cinquante a fumé du cannabis au cours du dernier mois et que 4 % roulent sous influence. Non seulement cette infraction met des vies en danger mais, en plus, elle peut coûter très cher : une amende de 1.200 à 24.000 € et une suspension du permis de conduire, de deux semaines minimum à une déchéance à vie.

Source

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :