Alcoolisme : un gène enfin identifié pour prévenir et traiter la dépendance

Un gène pourrait aider à prévenir et réduire la consommation d’alcool chez les personnes dépendantes.

Alcoolisme : un gène enfin identifié pour prévenir et traiter la dépendance AXELBUECKERT/ISTOCK

Chaque année, 3,3 millions de personnes meurent de l’alcool dans le monde (soit 5,9% de décès selon l’Organisation mondiale de la Santé). Et pourtant, il n’existe à l’heure actuelle que très peu de médicaments efficaces pour traiter l’alcoolisme. Toutefois, la donne pourrait très bientôt changer grâce à des chercheurs américains ayant réussi à identifier un gène qui pourrait servir à développer un nouveau traitement contre cette affliction. L’étude a été publiée vendredi 8 février dans le journal Neuropsychopharmacology.

En travaillant sur des souris, une équipe de scientifiques de l’Oregon Health & Science University (USA) a découvert que quand elle augmentait les niveaux d’un certain gène encodé du nom de GPR39 chez les animaux, cela réduisait leur consommation d’alcool de 50%.

GPR39 qui est un récepteur qui avait déjà été associé à la dépression, explique l’étude. En effet, le taux de concomitance entre troubles alcooliques et troubles de l’humeur est très élevé.

Ainsi, un individu consommant beaucoup d’alcool est 3,7 fois plus susceptible de faire une grosse dépression qu’une personne qui n’en abuse pas. Pour leur étude, les chercheurs ont utilisé une substance disponible sur le marché imitant l’activité de la protéine GPR39.

2 à 3 millions d’alcooliques en France

Désormais, afin de déterminer si le même mécanisme affecte les humains, ils examinent des échantillons de tissus post mortem de cerveaux de gens alcooliques. A terme, leurs découvertes pourraient aider à développer un médicament qui prévient et traite l’alcoolisme chronique ainsi que les troubles de l’humeur.

Car, à l’heure actuelle, il existe très peu de traitement officiellement approuvé pour traiter l’alcoolisme. En France, où 10% des personnes seraient aujourd’hui en difficulté avec l’alcool selon l’Inserm, la plupart des malades sont traités par baclofène.

Pourtant, outre les études affirmant que ce médicament est inefficace, de nombreux patients traités à hautes doses se plaignent régulièrement de ses lourds effets secondaires tels que vertiges, nausées, insomnies et angoisses.

En 2017, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) avait ainsi publié une étude aboutissant à un profil de sécurité « préoccupant » du baclofène lorsqu’il est utilisé à fortes doses chez les patients alcoolodépendants. Aujourd’hui encore, ce traitement continue de faire polémique mais reste privilégié par les spécialistes de l’addiction à défaut de mieux.

Source

Publicités

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s